Autopsie d’une émeute. Histoire exemplaire d’un quartier nord de Melun PDF

Voiture en flammes à Strasbourg, autopsie d’une émeute. Histoire exemplaire d’un quartier nord de Melun PDF 2005. En 1979, la première émeute urbaine française considérée comme telle a lieu à la Grappinière, près de Lyon.


La première couverte par des médias d’envergure nationale se déroule en 1990, toujours en banlieue lyonnaise, et marque le début des émeutes dans le reste de la France, et en particulier en Île-de-France. Ces violences urbaines ont donné lieu à des réactions politiques et sociales : politique de la ville, opérations de rénovation urbaine, création des zones urbaines sensibles, entre autres. Le septième palier des violences urbaines est caractérisé par l’émeute urbaine rapide, spectaculaire et violente mais sans lendemain, avec saccage d’un quartier sans organisation préalable. Phot de deux grands immeubles, sur fond de ciel bleu.

Durant l’été 1983, de nombreux contrôles policiers sont conduits aux Minguettes. Le 6 octobre 1990, un jeune habitant de Vaulx-en-Velin paralysé des deux jambes, Thomas Claudio, meurt percuté en moto par une voiture de police banalisée. Deux bandes rivales, l’une de Chanteloup-les-Vignes, l’autre d’Achères, s’affrontent à coups de barres de fer et de battes de base-ball. Un groupe de trente se bat, blessant trois personnes et brisant de nombreuses vitrines et des pare-brises de voitures. Un voisin affirme avoir tiré quelques coups de feu en l’air pour les éloigner. Sartrouville, trois vigiles attaquent quelques jeunes qui sont sortis du magasin Euromarché sans y faire d’achats. Une cinquantaine de CRS vient en renfort vers une heure du matin.