Bois sculptés polychromes du XII au XVI siècle en Italie. PDF

Le château royal de Blois, situé dans le département de Loir-et-Cher, fait partie des châteaux de la Loire. Il fut la bois sculptés polychromes du XII au XVI siècle en Italie. PDF favorite des rois de France à la Renaissance. Félix Duban dans la lignée des restaurateurs contemporains de Viollet-le-Duc. Plan du château de Blois au Moyen Âge.


Loire, est attaqué par les Vikings. Blois et de Chartres, et à la Champagne. Le dernier descendant de la famille de Châtillon, Guy II de Blois-Châtillon, vend en 1392 Blois à Louis d’Orléans, frère de Charles VI, qui en prend possession en 1397, à la mort de Guy II. Son fils, Charles, est fait prisonnier au cours de la désastreuse bataille d’Azincourt en 1415.

Après 25 ans de captivité, Charles d’Orléans revient à Blois et organise autour de lui une cour de lettrés. François Villon avec sa Ballade du concours de Blois. Il entreprend aussi de détruire certaines parties du vieux château, afin de le rendre plus habitable. Le 27 juin 1462, Louis, fils de Charles d’Orléans, naît au château de Blois.

Il édifie également la chapelle Saint-Calais. Claude de France, fille de Louis XII et d’Anne de Bretagne, épouse en 1514 son cousin François d’Angoulême, arrière-petit-fils de Louis d’Orléans. Le château de Blois reste la résidence principale des successeurs de Henri II et en particulier de François II et Charles IX. François II y passe notamment l’hiver 1559 avec sa femme Marie Stuart qui y a été élevée. La fuite de Blois, par Pierre-Paul Rubens, Paris, Musée du Louvre.

Le château est occupé par le successeur de Henri III, Henri IV, qui y séjourne en 1589, 1598 et 1599. En 1598, celui-ci lance de nouvelles constructions au château, connues grâces à des dessins de Du Cerceau. Le château de Blois par Jacques Rigaud. En 1626, Louis XIII alloue le comté de Blois à son frère Gaston d’Orléans en guise de cadeau de mariage.

Ce dernier s’y installe en 1634. En 1635, une nouvelle tentative de développer le château voit le jour avec la mise en œuvre d’une aile dessinée par François Mansart. Délaissé par Louis XIV, le château n’est plus habité. Vers 1720, la Régence songe un temps à y faire venir le parlement en exil. Au moment de la Révolution, le château est à l’abandon depuis 130 ans et les révolutionnaires soucieux de faire disparaître tout vestige de la royauté le pillent en le vidant de ses meubles, statues et autres accessoires. Prosper Mérimée qui obtient la remise en état du bâtiment le 24 juillet 1844. La restauration se poursuit jusqu’à la mort de Félix Duban en 1871.