Ethique biomédicale: posture ou imposture? (L’) PDF

Pionnier de la chirurgie vasculaire, lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1912, il est renommé pour son expérience du cœur de poulet battant in vitro pendant un temps très supérieur à la vie d’un poulet. Fils d’un médecin, il épouse Anne Gourlez de La Motte, veuve du marquis Henri Jarret de La Mairie ethique biomédicale: posture ou imposture? (L’) PDF petite-fille du général Auguste Étienne Marie Gourlez de Lamotte. Ancien élève du lycée Saint-Marc, docteur en médecine de la faculté de Lyon, il s’orienta dès l’internat vers la recherche en chirurgie, sur la compatibilité des tissus et les sutures. Il considéra alors comme son devoir de médecin de rapporter objectivement ses observations, ce qui entacha considérablement sa réputation et constitua un barrage à l’accession à une chaire universitaire.


Quel est le statut de l’éthique appliquée à la médecine ? 
Dans un monde qui, à certains égards, est plus près de la déroute humanitaire que du Paradis des Anges, la question s’impose. 
La réflexion bioéthique cherche un équilibre entre idéologie et pragmatisme, entre utilitarisme et convenance personnelle, entre posture et imposture, ou encore entre progressisme et réaction. Ces alternatives nous entraînent loin de la bioéthique qui, elle, s’organise sur le choix de la vie, le progrès et le souci de l’autre. 
À côté des greffes d’organes et des 2 millions d’enfants dans le monde nés par procréation médicalement assistée (dont 
200 000 en France), qui sont les marqueurs d’une époque fantastique, la mort par euthanasie est en train de devenir une possible « variable d’ajustement économique ». 
Sur quels « biens humains fondamentaux » prendre appui pour fonder l’éthique ? La dignité de l’homme ? La maternité, les parents, la famille, autrui, ou un au-delà qui existe dans toutes les déclinaisons athées ou immanentes. 

Bernard Kanovitch est médecin, professeur honoraire à Paris-XI, ancien chef de service à la Fondation Rothschild, ancien membre du Comité consultatif national d’éthique, ancien membre du Conseil national du sida, président de la Fondation Maïmonide pour le dialogue judéo-musulman. 

21 articles en 22 mois, décrivant les perfectionnement successifs de ses techniques d’anastomoses vasculaires, démontrant pour la première fois qu’une veine pouvait être substituée à une artère, rapportant la première transplantation d’organe expérimentale en 1905. Il fut ainsi un pionnier de la transplantation d’organes. Focalisant ses travaux sur la chirurgie cardiaque, il réalisa en 1910 le premier pontage cardiaque expérimental. Caricature du docteur Carrel à New York par Georges Villa. La limite exacte de la durée de vie des différents organes. En ce qui concerne la durée pendant laquelle ce cœur a effectivement battu, les informations divergent, de 28 à 37 ans. C’est alors qu’il se lia à Philippe Pétain.

De retour aux États-Unis, il continua des travaux précurseurs sur le cœur artificiel, qui lui valurent l’amitié et le soutien de Charles Lindbergh, avec qui il écrivit La Culture des organes en 1938. France, deux mois avant le début de la Seconde Guerre mondiale. En guise de soutien à l’effort de guerre, il développe des techniques de conservation du sang et conçoit un hôpital militaire mobile, qui sera utilisé pour la première fois par les Britanniques en Afrique du Nord. Il est inhumé dans un petit oratoire sur l’île Saint-Gildas dans les Côtes-d’Armor qui était sa propriété, achetée avec l’argent de son prix Nobel. Il a été membre de l’Académie pontificale des sciences. En 1979, l’Union astronomique internationale a donné le nom de Carrel à un cratère lunaire, en l’honneur des contributions scientifiques du prix Nobel Alexis Carrel.