Histoire de ma vie (Tome 1) PDF

Combien de temps, demanda Charles Quint à son pilote, les navires peuvent-ils tenir encore ? Ils auront le temps de nous recommander à Dieu. Vous avez deviné : vous êtes sur la page la plus importante du site. Je mets à votre disposition, ici, ma bibliothèque électronique personnelle sur l’Algérie, réalisée en « MODE TEXTE », au histoire de ma vie (Tome 1) PDF de mes lectures.


Vénitien, beau parleur, imposteur, séducteur, homme de lettres, Casanova est apparemment l’une de ces figures d’aventuriers qui traversent le XVIIIe siècle. Voyageur infatigable, parfois pourchassé par la police, il franchit les frontières, change d’apparence selon les circonstances, et même de nom : Eupolemo Pantaxeno, Paralis lorsqu’il pratique l’occultisme et la magie, M. de Farussi lors de son voyage en Russie, Antonio Pratolini lorsqu’il devient «mouchard» au service des inquisiteurs de Venise, ceux-là mêmes qui l’emprisonnent sous les Plombs, ou encore chevalier de Seingalt, titre dont il signe l’Histoire de ma vie. Sa dernière aventure – celle qui le rend à jamais mémorable – est en effet l’écriture de ses mémoires, kaléidoscope offrant le portrait fragmenté de l’homme «le plus vivant de tous les vivants» (Zweig). Né dans la ville du théâtre et du carnaval, fils de comédien, Casanova s’y fait le metteur en scène de sa propre vie. Dans un français teinté d’italien, langue chatoyante dans laquelle il voyait la «physionomie» propre de son style, il y exhorte à un hédonisme jouisseur. À sa mort, il laisse un manuscrit de quelque 3 700 feuillets. Acquis en 1821 par l’éditeur F.-A. Brockhaus, celui-ci sera jugé scandaleux ou, à tout le moins, impubliable en l’état, et ne sera livré au public qu’une fois traduit, révisé, amendé. Si l’Histoire de ma vie a séduit Stendhal, Musset, Kafka, jusqu’à Cendrars qui y voyait «la véritable Encyclopédie du XVIIIe siècle», des générations de lecteurs n’ont rencontré Casanova qu’à travers le prisme déformant d’éditions tronquées. Le manuscrit autographe, désormais conservé à la Bibliothèque nationale de France, est longtemps demeuré inaccessible. Il ne fut publié qu’en 1960. Mais sa composition un peu primesautière, parfois déroutante (tomes de longueur inégale, découpage tantôt en chapitres, tantôt en fragments), toujours soucieuse pourtant de la cohérence du récit, est encore inconnue du public. Elle est ici proposée sans remaniements, pour la première fois. On en donne une transcription aussi fidèle que possible, en conservant la disposition, la ponctuation et, bien entendu, les italianismes de Casanova. Des notes de bas de page fournissent la «traduction» des mots ou des passages pouvant faire difficulté, ainsi que la version française des citations latines (ou autres) insérées dans le texte. C’est aussi en bas de page que figurent les principaux repentirs de Casanova, qui portent témoignage de son travail d’écrivain et livrent, parfois, le fond de sa pensée. Il s’agissait, en somme, de respecter une œuvre longtemps malmenée. On espère par là renouveler l’image de Casanova : au-delà des représentations mythiques qui firent sa fortune, montrer le témoin précieux, extraordinairement vivant, de son siècle, l’intellectuel pénétré de la pensée des Anciens comme de celle de son temps, l’écrivain nourri de littérature, l’éblouissant conteur.

J’ai utilisé pour cela des documents, introuvables en imprimés, que les grandes bibliothèques fournissent à la demande en microfilms, ou en photocopies ou bien, dans le meilleur des cas, mettent en ligne en « MODE IMAGE ». Les e-books d’histoire rassemblent les ouvrages d’auteurs qui signalent leurs sources de façon indiscutables. 100 volumes, en mode image d’abord, et progressivement en mode texte si j’en ai la force ! Ce sont plus des témoignages que des ouvrages d’histoire. Les essais présentent des thèses, développent des idées personnelles.

Les deux éditions soit six livres, du fameux ouvrage de PELLISSIER DE REYNAUD. Où seront rangés les ouvrages traitant de la pratique des religions Chrétiennes et Musulmanes dans le l’Afrique du Nord. Un seul rayon-temple pour les différents rites ! Ouverts à tous les explorateurs du passé. Bien commode pour placer les livres « inclassables », notamment tous les romans et tous les écrits à visée littéraire.

Vous pouvez consulter La liste des ouvrages à télécharger avec leur description. Cette liste en format PDF, s’affichera directement dans le navigateur à condition d’avoir Adobe Reader. HISTOIRE DE BARBARIE ET DE SES CORSAIRES. RITES ET CÉRÉMONIEs DU PÈLERINAGE DE LA MECQUE. LA BACRIADE ou la guerre d’Alger. CHRONIQUES DE LA RÉGENCE D’ALGER .

HISTOIRE MORES MUDÉJARES ET DES MORISQUES. QUELQUES MOTS SUR LA COLONISATION MILITAIRE EN ALGÉRIE. DE LA PROSTITUTION DANS LA VILLE D’ALGER. ORIGINE ET MIGRATIONS DES TRIBUS DE L’ALGÉRIE. GÉRONIMO, LE MARTYR DU FORT DES VINGT-QUATRE-HEURES. LE COMMERCE ET LA NAVIGATION DE L’ALGÉRIE. LE PEÑON d’ALGER ou les origines de la Régence d’Alger.

ABD-EL-KADER, SA VIE POLITIQUE ET MILITAIRE. ORAISON FUNÈBRE DU GÉNÉRAL DE LAMORICIÈRE. LA MARINE DE LA RÉGENCE D’ALGER. LE R’AZOUAT EST-IL L’OEUVRE DE KHEIR-ED-DIN ?

SAINT-CYPRIEN ET L’ÉGLISE D’AFRIQUE AU IIIe SIÈCLE. L’EXPÉDITION DE CHARLES-QUINT CONTRE ALGER en 1541. OCCUPATION ESPAGNOLE EN AFRIQUE DE 1506 à 1574. RELATIONS ENTRE la FRANCE ET ALGER AU XVIIe SIÈCLE .