Histoire des idées politiques dans l’Antiquité et au Moyen Âge PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Monaco est actuellement une principauté indépendante. D’après l’historien Diodore de Sicile et le géographe Strabon, les premiers habitants sédentaires histoire des idées politiques dans l’Antiquité et au Moyen Âge PDF des Ligures qui ont émigré depuis la ville de Gênes en Italie. D’après les travaux d’Hercule mais également selon Diodore de Sicile et Strabon, les Grecs et les Ligures ont rapporté qu’Hercule était passé par la région. Après la Guerre des Gaules, Monoecus, où Jules César s’est arrêté en se rendant en Grèce, est passé sous contrôle romain au sein de la province de Gaule narbonnaise.


Comment les Grecs ont-ils créé l’État laïc, la démocratie et le principe de la liberté individuelle garantie par la loi ? Comment les juristes romains ont-ils inventé un droit civil protégeant la propriété et la liberté de la personne, condition d’émergence de l’humanisme ? De quelle manière l’Europe du Moyen Âge a-t-elle articulé les apports civiques et juridiques gréco-romains avec l’éthique et l’eschatologie bibliques, préparant ainsi la naissance de l’État de droit moderne ? Ce manuel retrace de façon claire et détaillée l’histoire des idées politiques dans l’Antiquité et au Moyen Âge en les inscrivant dans leur contexte historique précis. Il présente les idées d’un très grand nombre d’auteurs et, pour les plus importants, offre un exposé substantiel de leurs doctrines : Platon, Aristote, Xénophon, les stoïciens, Polybe, Cicéron, Sénèque, Tacite, Dion Chrysostome, saint Paul, saint Augustin, saint Thomas, Jean Gerson, Nicolas de Cues, etc.

Monaco est resté sous domination romaine jusqu’à l’effondrement de l’Empire romain d’Occident en 476. L’endroit a ensuite été occupé et ravagé par les Sarrasins et diverses tribus barbares. Ils établirent également des habitations à la base du Rocher afin d’appuyer les garnisons. C’est pour attirer les habitants de Gênes et des villes environnantes, qu’ils offrirent des terres et exonérèrent de taxes les nouveaux arrivants. 8 au 9 janvier 1297, le guelfe François Grimaldi, ne disposant que d’une petite armée, s’empare de la forteresse par la ruse.

De cet épisode naît son surnom, Malizia, et les armes de Monaco : deux franciscains armés d’une épée. Il est nommé grand amiral de France. 1793-1814 pendant laquelle Monaco fut intégrée à la France, sous le nom de Fort-Hercule. Reprenant la lutte contre Gênes, Charles Ier occupe la ville, le 12 septembre 1331, et se voit reconnaître  Seigneur de Monaco  en 1342. Puis, en 1355, il obtient la seigneurie de Roquebrune. Mais en 1357, il meurt durant le siège mené par le Génois Simon Boccanegra.

Lucien meurt assassiné en 1523 par son cousin Barthélemy Doria. Il ne laisse qu’un fils en bas âge, Honoré, dont la tutelle est confiée à son oncle Augustin, évêque de Grasse, qui fut reconnu seigneur. Il retourne à l’alliance française par le Traité de Péronne du 14 septembre 1641 et négocié auprès de Richelieu. Louis Ier commande son régiment Monaco-Cavalerie et obtient l’ambassade auprès du Saint-Siège jusqu’en 1701. Après la nuit du 4 août 1789, les princes de Monaco perdent toutes leurs possessions françaises, et les revenus qui en proviennent. De 1793 à 1814 Monaco est donc intégrée à la France, sous le nom de Fort d’Hercule.

Elle fait partie des Alpes-Maritimes, puis est rattachée à l’arrondissement de Sanremo. Un membre de la famille, Marie-Thérèse de Choiseul-Praslin, périt guillotinée à 27 ans, en compagnie du poète André Chénier en 1794. D’autres membres de la famille servent dans l’armée révolutionnaire. Le traité de Paris du 30 mai 1814 replace Monaco dans la situation de 1789. Ce dernier traité prévoyait l’aide de la France pour la construction de la Moyenne corniche, et le passage du chemin de fer sur le territoire monégasque et la construction de deux gares. En 1866, Charles III, qui impulse tous ces travaux, renomme le quartier des Spélugues Monte-Carlo en son propre honneur. L’achèvement du chemin de fer Nice-Vintimille en 1868 en assure la prospérité.

Enfin, en 1869, Charles III supprima les impôts personnels, fonciers et mobiliers, ce qui entraîna une intense activité de construction. Le premier rallye de Monte-Carlo a lieu en 1911. En 1910 éclate la Révolution monégasque. Le prince Louis sert comme capitaine dans la 1re armée française puis à l’état-major de la 5e armée.

En juillet 1918, le traité de Paris, entre la France et Monaco, est signé secrètement. En effet, la France semblait avoir une inquiétude dynastique: le prince Louis II, âgé alors de 48 ans, n’avait pas d’héritiers. En 1921, le prince Albert Ier est accueilli à la Maison-Blanche par le président Harding. La guerre avait affaibli les revenus de la Société des bains de mer. Le premier Grand Prix automobile de Monaco se déroule en 1929. Les avantages fiscaux attirent également les compagnies internationales.