L’hermétisme : philosophie et tradition PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Les L’hermétisme : philosophie et tradition PDF sont les textes attribuées dans l’Antiquité au mythique Hermès Trismégiste. L’hermétisme gréco-égyptien s’appelle aussi bien  hermétisme alexandrin ,  hermétisme égyptianisant ,  hermétisme hellénistique ,  hermétisme gréco-hellénique ,  hermétisme antique .


Ce courant philosophique et spirituel doit son nom au dieu gréco-égyptien Hermès-Thot, sa référence totémique et son fondateur mythique. Il n’institua ni corps de doctrine arrêté ni écoles, ni culte, ni temples. Son application la plus célèbre est l’alchimie.
Philippe Roy brasse une ample matière puisqu’il entend tracer le portrait de l’hermétisme occidental, ce qu’il fait de manière à la fois documentée, nuancée et lisible, évitant ainsi les principaux écueils dans lesquels tombent trop souvent les ouvrages de vulgarisation de la pensée hermétique, à savoir, essentiellement, la réduction de cette pensée à une doctrine unique et uniforme sortie tout armée du corpus hermeticum byzantin et latin. Il faut toutefois noter que le titre ici est quelque peu trompeur. En effet, ce n’est pas l’hermétisme occidental dans son ensemble qui est considéré, mais, plus spécifiquement, sa filière alchimique qui pénétra l’Occident médiéval autour du XIIe siècle à la faveur des écrits alchimiques arabo-musulmans. Ce choix peut se justifier (d’autant plus que, en français les termes hermétisme et hermétique ont primitivement été appliqués à l’alchimie), mais sans doute eût-il fallu préciser plus explicitement qu’était ainsi exclu du champ de la recherche tout le domaine de l’hermétisme néo-alexandrin et de ses héritiers, alors que ce furent les tenants de ce courant (et, premier d’entre eux, Marsile Ficin) qui, à partir de la Renaissance, donnèrent ses titres de gloire à l’hermétisme philosophique

L’ensemble des textes reçoit le nom d’Hermetica, il comprend deux grands ensembles, bien distingués par André-Jean Festugière. Tous se donnent pour des révélations d’Hermès Trismégiste. Un premier ensemble regroupe des textes occultistes, écrits dès le IIIe siècle av. Un second ensemble regroupe des textes philosophiques, élaborés dès la fin du Ier siècle.

Cette période est marquée par ce que Festugière appelle un  déclin du rationalisme . Hermès Trismégiste ou mis sous son autorité. Suivent, entre 100 et 300, des textes philosophiques, dont le très important Corpus Hermeticum, écrit en grec lui aussi, à Alexandrie, par des Égyptiens instruits dans la culture grecque ou par des Grecs vivant au sein de la culture égyptienne. Asclepius, dont l’original grec est perdu, mais qui était connu pendant le Moyen Âge. La traduction fut longtemps attribuée à Apulée. Cosme en confia la traduction au jeune Marsile Ficin, prioritairement à celle des dialogues de Platon. L’ouvrage est traduit en français en 1574 par François de Foix-Candale sous le titre Pimandre.