La marquise de Brinvilliers Empoisonneuse PDF

La marquise de Brinvilliers soumise à la question : renversée sur un chevalet, elle subit le supplice de l’eau. L’affaire des poisons est une série de scandales impliquant des empoisonnements survenus entre 1679 et 1682, sous le règne de Louis XIV, qui secouèrent Paris la marquise de Brinvilliers Empoisonneuse PDF la Cour. Dans ses lettres, la marquise reconnaît aussi avoir empoisonné par un mélange d’arsenic et de bave de crapaud son père et ses deux frères pour s’approprier leur part d’héritage.


brochure, 96 pages , format 15×23 cm , couverture illustrée , ab état

Sur le paquet est écrit  papiers pour être rendus à M. Pennautier, receveur général du clergé, et je supplie très humblement de bien vouloir les lui rendre en cas de mort, n’étant d’aucune conséquence qu’à lui seul . Brinvilliers a remboursé deux mille livres à Cusson le 30 novembre 1669. Les créanciers de Godin de Sainte-Croix s’adressent au Procureur du Roi pour réclamer leurs dus, les hautes sphères de l’État s’intéressent dès le début à cette affaire puisque Colbert est un proche de Pennautier. Une fois la cassette découverte, la marquise de Brinvilliers est citée à comparaître devant la justice le 22 août 1672, mais se réfugie à Londres.

Dès le 3 décembre 1672, Colbert tente d’obtenir le retour en France de la marquise de Brinvilliers mais sans provoquer d’incident diplomatique avec l’Angleterre. Elle se réfugie alors à Valenciennes, en Hollande puis à Liège, dans un couvent. La Chaussée, valet de Godin de Sainte-Croix, est lui arrêté dès le 4 septembre 1672. Jugé en février 1673 il est condamné à être rompu vif fin mars, car il est considéré comme le complice de la marquise de Brinvilliers, ayant servi d’abord son frère. La marquise de Brinvilliers est extradée, ramenée en France. Elle est soumise à un premier interrogatoire le 17 avril 1676 et écrouée à la Conciergerie le 26 avril 1676, alors qu’elle refuse d’avouer et déclare que ses lettres de confession ont été écrites lors d’un acte de folie.