LAMPES ANTIQUES à travers les Ages: Le CORPUS PDF

Simple lampe à huile contemporaine en argile, tel que l’on en voit par exemple durant Divali, en Inde. Une lampe à huile est une lampe dont le combustible est de la graisse animale, de l’huile végétale, de l’huile de baleine ou encore de l’huile minérale. Article connexe : Chronologie des techniques d’éclairage. Photographie d’une LAMPES ANTIQUES à travers les Ages: Le CORPUS PDF à graisse de Lascaux.


C’est le plus abouti de mes livres et probablement le meilleur. Ce Corpus présente une étude de près de 1900 lampes à huiles (photos couleur), classées par période et typologie. Ces lampes proviennent de collections publiques de dix musées Français renommés, de deux musées Belges spécialisés dans les lampes, d un musée Allemand, de collections privées prestigieuses ainsi que de ventes aux enchères réputées. La période d étude va de l Age de Pierre jusqu’au Moyen-âge et inclue donc, les lampes : De l âge de Pierre, Phéniciennes et Puniques, Grecques, hellénistiques, républicaines, Romaines, Chrétiennes, byzantines, médiévales, Islamiques. Les provenances sont l Europe, le bassin méditerranéen, jusqu’au Moyen-Orient. Une partie importante de ce livre se consacre à l iconographie que l on trouve sur les médaillons des lampes. Elle nous révèle une richesse et une variété des décors exceptionnelles. Cette étude permet de cerner plus précisément les productions de lampes dans l antiquité, et de mieux comprendre les thèmes des décors. 320 Pages. 182 Planches couleur.1kg300

Le brûloir de Lascaux, en grès rose. L’homme du Néolithique nous a laissé d’assez nombreux témoignages de ses moyens d’éclairage. Depuis l’Âge du bronze ont été fabriquées des lampes en pierre, en terre cuite, ou en métal, récipients ouverts ou fermés comportant un ou plusieurs becs destinés à accueillir une mèche, et pour les lampes fermées, un ou plusieurs trous de remplissage, le plus souvent au centre d’une cuvette formant entonnoir. La seule alternative à la lampe à huile était alors la torche, adaptée à l’usage extérieur, puis la chandelle, pour l’éclairage domestique.

Cependant, à la campagne, la seule source de lumière ordinaire demeure le feu de la cheminée, jusqu’à un passé récent, et encore aujourd’hui dans de nombreuses contrées. Feuille de fer avec une mèche en coton d’Allemagne. Les progrès vont être déterminants à la fois dans la mécanique et dans l’amélioration des mèches et brûleurs. Le chimiste français Joseph Louis Proust invente vers 1780 la lampe à huile à réservoir latéral : l’huile, située en hauteur par rapport au bec, est poussée vers le bec par son propre poids. Le physicien et chimiste suisse Aimé Argand invente, en 1782, la mèche cylindrique et la cheminée de tôle, puis de verre. Le pharmacien Antoine Quinquet, en 1784, rassemble ces trois innovations dans la lampe qui porte son nom, montée sur une tige.