Le testament inachevé : Entretiens avec Nicolas Domenach et Maurice Szafran PDF

Il fut l’un des représentants du courant personnaliste. Né à Lyon en 1922, Jean-Marie Domenach étudie au lycée Saint-Marc puis entre en le testament inachevé : Entretiens avec Nicolas Domenach et Maurice Szafran PDF préparatoire littéraire au lycée du Parc.


En 1941-1942, il anime la résistance des étudiants de l’Université de Lyon avec son ami Gilbert Dru. Stagiaire à l’École des cadres d’Uriage, il rejoint plus tard, en août 1943, le maquis du Vercors. Secrétaire, de 1946 à 1957, de la revue personnaliste Esprit, fondée par Emmanuel Mounier, il en reprend la direction après le décès de Mounier et de son successeur Albert Béguin, de 1957 à 1976. Militant au lendemain de la guerre dans le Mouvement de la paix, Domenach lutte pour la décolonisation en Indochine et en Algérie, soutenant de Gaulle. 1960, publie le Manifeste des 121, titré  Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie  et signé par des intellectuels, universitaires et artistes.

Il a tenu des chroniques dans plusieurs revues dont le magazine canadien Maclean’s, L’Expansion, et France catholique. Il a participé au club  Politique autrement . Il est le père de Jean-Luc Domenach et de Nicolas Domenach. La propagande politique, Paris, Presses universitaires de France, coll. Le retour du tragique, Paris, Seuil, coll. Le sauvage et l’ordinateur, Paris, Seuil, coll.

Ce que je crois, Paris, Grasset, 1978. Lettre à mes ennemis de classe, Paris, Seuil, 1984. Des idées pour la politique, Paris, Seuil, 1988. Le crépuscule de la culture française ?

Regarder la France : Essai sur le malaise français, Paris, Éditions Perrin, 1997, 204 p. Michel Mourlet,  Domenach le barrésien , chapitre d’Une vie en liberté, Éditions Séguier, 2016. D’après l’Encyclopédie de l’Agora, La sérendibité. Sharon Elbaz, L’avocat et sa cause en milieu colonial. Les Porteurs de valises : la résistance française à la guerre d’Algérie, Paris, Éditions du Seuil, 1982, 440 p.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 30 décembre 2018 à 19:25. Il fut l’un des représentants du courant personnaliste. Né à Lyon en 1922, Jean-Marie Domenach étudie au lycée Saint-Marc puis entre en classe préparatoire littéraire au lycée du Parc. En 1941-1942, il anime la résistance des étudiants de l’Université de Lyon avec son ami Gilbert Dru. Stagiaire à l’École des cadres d’Uriage, il rejoint plus tard, en août 1943, le maquis du Vercors.

Secrétaire, de 1946 à 1957, de la revue personnaliste Esprit, fondée par Emmanuel Mounier, il en reprend la direction après le décès de Mounier et de son successeur Albert Béguin, de 1957 à 1976. Militant au lendemain de la guerre dans le Mouvement de la paix, Domenach lutte pour la décolonisation en Indochine et en Algérie, soutenant de Gaulle. 1960, publie le Manifeste des 121, titré  Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie  et signé par des intellectuels, universitaires et artistes. Il a tenu des chroniques dans plusieurs revues dont le magazine canadien Maclean’s, L’Expansion, et France catholique. Il a participé au club  Politique autrement . Il est le père de Jean-Luc Domenach et de Nicolas Domenach.