Les catholiques lyonnais et la chronique sociale, 1892-1914 PDF

Cet article est une ébauche concernant une commune du Rhône. Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour les catholiques lyonnais et la chronique sociale, 1892-1914 PDF aider.


Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune. Elle fait partie du canton de Brignais et de l’arrondissement de Lyon. L’hydrographie de la commune se présente de la manière suivante : au nord, les ruisseaux du Mercier et du Ratier séparent respectivement Grézieu des communes de Pollionnay et de Sainte-Consorce. La Chaudanne, qui prend sa source à l’ouest de la commune, au niveau du hameau de Montolvet, sépare Grézieu et Vaugneray au sud-ouest et rejoint l’Yzeron, qui marque la limite entre Grézieu et Craponne au sud-est.

Tous ces ruisseaux s’écoulent selon une direction ouest-est, à l’exception de la goutte de Chambarny, qui sépare Grézieu de Craponne selon une direction nord-sud. En termes d’altitude, le point le plus haut de la commune se situe à l’ouest, au niveau du hameau du Recret, à 570 mètres. Le parvis de l’église s’élève à 335,15 mètres. Pour ce qui est de l’étymologie du nom « Grézieu », plusieurs thèses s’opposent ou se complètent. Forez, on appelait varennes des terres sablonneuses et pierreuses peu épaisses.

Il précise aussi que d’autres y voient une déformation de garenne. Catalon précise que « Grézieu faisait partie du territoire des Ségusiaves, tribu peu importante, se disant gauloise, mais qui parlait le Celtique. De fait, la commune de Grézieu abrite, parmi ses vestiges archéologiques, des restes notables de l’aqueduc romain de l’Yzeron. C’est un canal maçonné, voûté, enterré à faible profondeur dans une tranchée.

Grézieu abrite également une section de l’ancienne voie d’Aquitaine, tracée en 43 après Jésus-Christ sous le règne de l’empereur Claude. Le village fut également, pendant plusieurs siècles, la dernière étape d’un pèlerinage dédié à saint Bonnet et situé entre le col de la Luère et le col de Malval, sur l’emplacement d’un ancien site druidique. Saint Bonet ou Bonnet, auvergnat de naissance naquit vers 623 dans une famille d’anciens sénateurs romains. Il fit des études remarquables pour l’époque : grammaire, droit et sans doute rhétorique. Le baron Raverat rapporte des éléments similaires, mais avec quelques différences :  Saint Bonnet, qui était chancelier du roi Thierry Ier, mourut à Lyon en odeur de sainteté. Cette église, plusieurs fois remaniée, existait encore en 1867, mais elle fut remplacée par un édifice plus vaste en 1870-1871. L’éloignement de la région du centre du pouvoir politique la mettait évidemment à la merci des luttes d’influence locale.