Liturgie et société : Gouverner et réformer l’Eglise, XIXe-XXe siècle PDF

Antiquité, le Moyen Âge et l’époque moderne – et aux études parlementaires dans leur diversité. La revue est indexée dans la Bibliographie annuelle d’histoire de France, dans la base Scopus et l’International Bibliography of the Social Sciences. It deals with late modern liturgie et société : Gouverner et réformer l’Eglise, XIXe-XXe siècle PDF contemporary political history and parliamentary studies, mainly in France and in Europe.


La liturgie fait-elle société ? La société fait-elle la liturgie ? Cet ouvrage envisage la liturgie catholique comme l’expression d’un mode de gouvernance social et pas seulement ecclésial : il s’agit d’insister sur les pratiques et leurs contenus (rites, prières, chants), les textes normatifs et les procédures qui les imposent, et enfin les applications concrètes qui en sont faites. Il convient donc de ne pas considérer Sacrosanctum Concilium qui, trop souvent dans l’opinion publique résume l’oeuvre réformatrice du concile Vatican II, comme une rupture mais au contraire d’inscrire les réformes liturgiques dans une temporalité plus ample. Le présent volume se limite volontairement à l’aire francophone et s’articule autour de deux moments clés : la période 1840-1860 qui voit le succès d’une unité liturgique quasi-absolue autour de Rome, au nom d’une ecclésiologie intransigeante et d’un refus d’une quelconque inculturation nationale et démocratique, et la période 1930-1960 qui prépare et annonce une réforme de la liturgie qui entend « faire progresser la vie chrétienne de jour en jour chez les fidèles, mieux adapter aux nécessités de notre époque celles des institutions qui sont sujettes à des changements [et] favoriser tout ce qui peut contribuer à l’union de tous ceux qui croient au Christ » (Sacrosanctum Concilium, §1).

Each thematic issue contains about ten original articles, commented rare sources and a book review. Faut-il tourner le dos à la politique ? L’Espagne vient de traverser une crise politique sans précédent depuis la mort de Franco. De décembre 2015 à octobre 2016, la monarchie parlementaire espagnole n’a pu se doter d’une majorité parlementaire en dépit de deux élections générales. Articles de recherches et commentaires de sources convoquent différents acteurs, représentants, partis, agents économiques et médias et examinent non seulement leurs pratiques, de la résistance à la fraude électorale en passant par le caciquisme, mais aussi leurs relations à la nation, leurs territoires et leurs mémoires. Un nouveau regard est ainsi porté sur une Transition démocratique espagnole qui n’en finit pas.

L’âge d’or du caciquisme en Espagne. La droite à l’épreuve de la démocratie. Geoffroy Huard, Les Gays sous le franquisme. Comment, dans ce contexte, défendre la paix, comment la préparer puis la promouvoir pendant et au lendemain d’une guerre totale que l’on voudrait croire être la Der des Der ? Un jeu complexe s’instaure entre les parlementaires et les sociétés civiles qu’ils sont censés représenter, en un moment crucial pour la conception et la mise en œuvre de la Paix. Ce dossier, constitué d’études de cas et de commentaires de sources sur la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne avant, pendant ou après la Première Guerre mondiale, évalue la façon dont les parlements traduisent ou non les aspirations pacifistes de leurs sociétés civiles.

Réciproquement, il montre comment des opinions publiques pacifistes, y compris féministes, peuvent influencer leurs représentants et le débat démocratique. Des parlementaires au service de la paix. La création d’un pacifisme parlementaire ? Face à la Guerre civile espagnole. Jean-Paul Clément, avec le concours de Daniel de Montplaisir, Charles X. Rennes, PUR, 2015, par Didier Veillon.

Giovanni Mario Ceci, Moro e il PCI. Ils la qualifient de tournure familière et lui attribuent le sens de personne annonciatrice d’une mauvaise nouvelle. Celle-ci, capable d’affecter sur l’instant les comportements et les émotions d’une société, apparaît de manière occasionnelle et récurrente dans l’Histoire. Elles interrogent les modalités de formulation et de mise en scène de la mauvaise nouvelle, leurs échos immédiats et à plus long terme dans la mémoire collective et les interactions qui innervent le dialogue entre les  oiseaux de malheur  et la société. Information et prise de conscience de l’inéluctable. La capture de François Ier, une mauvaise nouvelle ?

Décider en guerre, entre loi et décret. Bruno Martin-Gay,  Le coup d’État en permanence  ? Bertrand Goujon, Du sang bleu dans les tranchées. Notre république est une amitié . Dans le contraste entre le titre et l’incipit d’un même livre, deux aspects de l’amitié en politique se manifestent avec netteté. Amitié et politique : le témoignage d’un acteur de la politique contemporaine. Les auteurs interrogent ainsi les liens qui se tissent entre l’intrigue parlementaire et l’intrigue romanesque et montrent la fascination réciproque de deux parlementeurs, l’homme de lettres et l’homme politique, le roman participant souvent à l’antiparlementarisme ambiant.

Des normes, officielles ou implicites, régulent l’exercice de l’activité politique en France, qu’il s’agisse du respect du cadre républicain, des règles du jeu politique et de l’affiliation partisane, ou de l’autocontrôle de son discours et d’une modération de ton propres au débat public. Ernest Psichari, mort au champ d’honneur . Histoire des présidents de la République. La vie d’une revue scientifique n’est pas un chemin semé de roses.