OVNIS et armes secrètes américaines : L’extraordinaire témoignage d’un scientifique PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Plan 3 OVNIS et armes secrètes américaines : L’extraordinaire témoignage d’un scientifique PDF de l’Aurora selon certaines spéculations.


Jean-Pierre Petit, astrophysicien et directeur de recherche au CNRS, participe en Angleterre à un congrès consacré à la  » propulsion avancée « . Il y fait des rencontres étranges. Des collègues américains lui apprennent que les Etats-Unis, loin d’avoir abandonné les recherches en  » MHD  » (magnétohydrodynamique), les auraient au contraire poursuivies à grands frais et dans le secret le plus absolu. Un engin nommé Aurora volerait à 10 000 km/h et à 60 km d’altitude depuis 1990. Les Américains posséderaient également des torpilles  » hypervéloces  » filant à 2 000 km/h. Les Russes avaient engagé des recherches sur des projets analogues qu’ils n’ont pu achever faute de moyens financiers. Les Européens, quant à eux, ont vingt-cinq ans de retard : rigoureusement irrattrapables, estime Jean-Pierre Petit. Au-delà de cet arsenal secret dont disposerait la première puissance mondiale, Jean-Pierre Petit a recueilli aussi, au cours de ce colloque, des confidences plus stupéfiantes encore, liées aux Ovnis. Pour la première fois, des responsables parlent et le voile se déchire.

Le SR-71 Blackbird, l’avion que l’Aurora aurait remplacé. Le North American X-15 est peut-être aussi à l’origine de l’Aurora. 1980, et successeur du Lockheed SR-71 Blackbird retiré du service actif. Lockheed Martin F-117 Night Hawk, Northrop B-2 Spirit, etc. Réel ou hypothétique, l’Aurora est lié au programme du bombardier Northrop B-2 Spirit. Aurora est un nom de code budgétaire du B-2, comme l’a expliqué dans ses mémoires un ancien dirigeant de l’entreprise Lockheed. Le physicien français Jean-Pierre Petit a exposé les innovations qu’il attribue à Aurora dans son livre OVNIS et armes secrètes américaines : L’extraordinaire témoignage d’un scientifique.

Le B-2 se transformerait ainsi en un condensateur avec une différence de potentiel qui atteindrait 15 millions de volts. Jean-Pierre Petit pointe aussi des liens entre le projet Aurora et le phénomène OVNI, dans un sens ou dans l’autre : certaines apparitions d’OVNI s’expliquent selon lui justement par des tests secrets d’avions tels Aurora, ou au contraire l’Aurora se serait inspiré d’authentiques vaisseaux extraterrestres employant la MHD. Cependant, à ce jour, aucune théorie ni expérience physique n’a permis de confirmer que la MHD pouvait être utilisée comme propulseur avec de telles performances, les meilleures performances atteintes théoriquement étant de 5 à 6 ordres de grandeur inférieures à ce qu’il est nécessaire d’obtenir afin de l’utiliser dans de telles applications. La question d’un éventuel moyen léger utilisable pour stocker de telles quantités d’énergie se pose également. Les avions secrets de l’US Air Force – Aurora , sur ufologie.

Bill Sweetman, Aurora: The Pentagon’s Secret Hypersonic Spyplane. AJAX, le pendant russe de cet avion. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 13 septembre 2018 à 22:20.

1947 même si de nombreux auteurs attribuent l’invention du terme au capitaine Edward J. Le terme  UFO  a donné le néologisme ufology, rendu en français par le calque  ufologie . L’ufologie désigne donc a priori toute étude consacrée aux ovnis. Dans les faits, l’expression concerne souvent la discipline telle qu’elle a été développée par des amateurs qui se sont intéressés aux ovnis à partir du début des années 1950.

Si en France, on parle volontiers d’ufologues, les amateurs anglophones d’ovnis parlent surtout de  UFO researchers . Le terme  ufologist  est moins souvent utilisé. Ce terme semble s’être répandu dans les années 1970, au fur et à mesure que les termes  UFO  et  ovni  devenaient largement connus. L’ufologie se divise en plusieurs  écoles  ou courants. L’incident de Roswell n’eut, en 1947, que peu de retentissement, car l’histoire d’occupants trouvés dans les débris ne prit corps que dans les années 1980. Dès 1947, des groupes que l’on peut qualifier d’occultistes ou de fortéens, et qui existaient avant qu’on ne parle de soucoupes volantes, s’emparent du sujet.

C’est le cas du BSRA de Meade Layne ou de la Fortean Society, créée dans le sillage de Charles Fort. Les magazines publiés par Ray Palmer, par Gray Barker, illustrent ce courant. De nombreuses associations à travers le monde s’intéressent aux ovnis. Elles sont généralement fondées par des amateurs. Les articles publiés dans certaines revues sont de qualité inégale. 1951 : La Commission Ouranos, fondée par Marc Thirouin. LDLN a donné naissance dans les années 1970 à un important réseau de délégués régionaux, d’enquêteurs et de groupements régionaux.

1964 et 1970 par le général Lionel-Max Chassin. Avec l’apparition de la Nouvelle Ufologie, un courant sceptique, les groupes ufologiques vont mettre en scène de nombreux débats opposant les différents courants. Les groupes des années 1980 sont marqués par ces débats. Du fait de l’apparition d’internet, les groupes tels qu’ils existaient dans les années 1970, avec leur bulletin ou leur revue, ont laissé la place dans la plupart des cas à des sites ou des blogues en ligne. Les discussions ont été de plus en plus  contaminées  par des thèmes venus d’outre-Atlantique comme l’affaire de Roswell, déjà très présente à partir du début des années 1990.

Les Repas ufologiques, association qui réunit au cours de repas des personnes intéressées par le sujet, des témoins d’observations, et fait venir des intervenants. ASBL belge d’étude des phénomènes spatiaux fondée en 2011 par Gaëtan Bovy à la suite de la SOBEPS. Lyon, qui étudie le phénomène ovni en privilégiant le modèle sociopsychologique. Un autre angle du Phenix Project est celui de l’astro-archéologie. Jean-Pierre Petit, et qui mène des travaux de recherches en magnétohydrodynamique, en spectroscopie et en biochimie.