POUVOIR DES RENTIERS PDF

Le royaume de France en 1815. La Seconde Restauration est le régime politique de la France de 1815 à 1830. Elle succède aux Cent-Jours, POUVOIR DES RENTIERS PDF avaient vu Napoléon revenir brièvement au pouvoir. La fin des années 1820 marque une opposition de plus en plus marquée de la part des libéraux.


Depuis l’aube des temps, les hommes ont cherché à vivre sans travailler, à être des rentiers. Aujourd’hui, tout le monde est un peu rentier… ou souhaite le devenir.
Smaïl Goumeziane nous invite à un passionnant voyage dans le monde fantastique, mais inquiétant, de la rente et des rentiers. Partant d’une analyse à la fois théorique et historique, décrivant depuis les origines leur montée en puissance, parfois contrariée, souvent contestée, son livre permet d’identifier les vrais rentiers du XXIe siècle.
Tentaculaire, leur pouvoir couvre désormais l’essentiel des activités économiques : le foncier, l’immobilier, la publicité, la sphère financière, sans oublier l’économie criminelle (drogue, armement, trafics humains). Si l’on n’y prend garde, leur pouvoir risque de conduire à une appropriation du monde du vivant, à travers les droits de pollution, les brevets sur les espèces agricoles ou sur les gènes humains.
Il y a urgence à réduire ce pouvoir et à en sanctionner par la loi les effets les plus pervers, si l’on veut retrouver le chemin d’un développement durable.

Révolution, mais aussi le développement économique du pays qui s’industrialise progressivement. La fin de la période voit également les débuts de la présence française en Algérie. Joseph Fouché joue un rôle décisif dans le retour des Bourbon sur le trône de France après les Cent-Jours. La Première Restauration, débutée en 1814, se solde au bout de moins d’un an par un échec. Le 19 mars, le souverain doit quitter le Palais des Tuileries, les forces de l’empereur approchant de la capitale.

La position de Louis XVIII n’est alors guère confortable. Le retour des Bourbon sur le trône en 1814 avait été principalement soutenu par les Anglais, tandis que la Russie et l’Autriche y étaient réticentes. Celle-ci n’est pas forcément plus favorable aux Bourbon. Article détaillé : Terreur blanche de 1815. Talleyrand prend dès le 9 juillet la tête du premier gouvernement de la Seconde Restauration.

Louis XVIII revient à Paris le 8 juillet 1815 sur conseil de Talleyrand qui espère ainsi prendre de court les Alliés. Le roi doit également trouver un compromis pour maintenir la stabilité de l’État sans trop froisser ses partisans ultras. Dans le même temps, c’est en effet l’occupation étrangère qui pose le plus grand tort au régime. Le 9 juillet, une commission est créée pour verser les 50 millions demandés pour financer les occupants. Ce n’est pas le seul souci de Louis XVIII, qui doit contenir la fureur des ultras, monarchistes absolutistes. Si elle reste modérée en Vendée, où elle est affaiblie par des divisions, elle s’exprime surtout dans le Midi, où les opposants à l’empereur se sont réunis au sein de sociétés secrètes et considèrent la bataille de Waterloo comme le signal du début des vengeances.

Des massacres éclatent à Marseille, à Toulon, dans les villes de la vallée du Rhône. Aussitôt le roi rentré en France, la Chambre des députés élue durant les Cent-Jours est dissoute. Cette nouvelle chambre se démarque par son ardeur : aussitôt élue, les adresses demandant au roi de punir les régicides affluent. Cependant, les négociations de paix ne vont pas dans le bon sens. Le second Traité de Paris est en effet moins favorable que le premier. Ancien émigré, hostile à Bonaparte et à la Révolution, Richelieu rassure la nouvelle chambre.