Prête à succomber – épisode 3 : Obéissance PDF

Dans l’actualité ce soir, le réarmement de l’Europe face au réveil de la menace russe. Les dépenses militaires font un bond en Pologne, en Slovaquie ou dans les pays baltes. C’est un virage pour l’Europe, après des années de baisse continue de l’effort militaire, le réarmement est en cours. Prête à succomber – épisode 3 : Obéissance PDF’est le cas de la France ou du Royaume-Uni, dont les budgets repartent à la hausse.


Où Devon doit décider jusqu’où elle ira pour satisfaire son amant torturé.Après avoir pris du recul, Zach revient vers Devon avec une demande bien particulière, qu’elle ne se sent pas prête à satisfaire. Les jours passent, et Devon commence à ressentir de la colère envers son amant. Incapable de se concentrer, elle ressent le besoin de s’éloigner pour échapper quelque temps aux complications de sa vie autrefois simple. Mais une rencontre surgie du passé, lui apprendra que Zach n’est pas aussi détaché qu’il aimerait lui faire croire…

Mais c’est la cas, bien davantage encore, pour l’Europe Centrale. Bonsoir Etienne Leenhardt : ces pays d’Europe centrale ont-ils raison d’avoir peur ? 1954, l’Ukraine avait subtilisé la Crimée à la Russie via le dictateur communiste Khrouchtchev ? Crimée a voté pour, puis la population aussi ?

Et que des sondages occidentaux disent que le résultat des votes est conforme à la volonté de la population ? Eh bien OUI, il y a de quoi être inquiet ! Il a vu l’armée russe opérer en Ukraine ? Et ils ne sont pas allés jusqu’à Kiev du coup ? La Russie de Poutine a atteint un de ses objectifs : elle fait à nouveau peur. Il aurait fait merveille dans les médias il y a un siècle, pour parler du boche. 3 minutes en terrorisant la population ?

L’OTAN a annoncé que 4 000 seraient déployés à l’année en Europe de l’Est, pour parer à toute éventualité. Comme les 8 missiles Patriot polonais. Une grande première depuis 30 ans. Nous devons veiller à empêcher le complexe militaro-industriel d’acquérir une influence injustifiée dans les structures gouvernementales, qu’il l’ait ou non consciemment cherchée. Nous nous trouvons devant un risque réel, qui se maintiendra à l’avenir : qu’une concentration désastreuse de pouvoir en des mains dangereuses aille en s’affermissant. L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi, alors que c’est lui ! Un instant plus tard, un horrible crissement, comme celui de quelque monstrueuse machine tournant sans huile, éclata dans le grand télécran du bout de la salle.

C’était un bruit à vous faire grincer des dents et à vous hérisser les cheveux. Comme d’habitude, le visage d’Emmanuel Goldstein, l’Ennemi du Peuple, avait jailli sur l’écran. Il y eut des coups de sifflet çà et là dans l’assistance. La petite femme rousse jeta un cri de frayeur et de dégoût.

Goldstein était le renégat et le traître. Parti presque au même titre que Big Brother lui-même. Bien sûr que les gens ne veulent pas la guerre. Pourquoi est-ce qu’un pauvre plouc dans une ferme voudrait risquer sa vie dans une guerre alors que le mieux qu’il puisse en espérer est de retourner dans sa ferme en un seul morceau ?

Bien sûr que les gens normaux ne veulent pas la guerre : ni en Russie, ni en Angleterre, ni en Amérique, ni pour la même raison en Allemagne. Ah, tout cela est bel et bon mais, voix ou pas voix, les gens peuvent toujours être amenés à s’offrir à leurs dirigeants. La seule solution vraiment efficace contre la propagande. La propagande et les propagandistes traitez les par le mépris. Si vous commencez à contester chez le médiateur ou le CSA vous rentrez dans leur jeu.