Touriste professionnel: L’anti-guide de voyage PDF

Jean-Jacques Waltz est le benjamin d’une famille de quatre enfants, né du mariage de Jacques André Waltz et de Rosalie Clémence Dunan. Après avoir été tout d’abord boucher comme son propre père, le père de Jean-Jacques Waltz devient bibliothécaire à la bibliothèque municipale de Colmar en 1881 et en 1891 conservateur du musée Unterlinden. Au lycée, sa cible favorite sont ses professeurs dont certains viennent parfois de régions d’Allemagne très éloignées de l’Alsace touriste professionnel: L’anti-guide de voyage PDF y enseigner le français.


« Les foules sentimentales ont un héros. 
C’est un type souriant affublé d’un sac à dos en forme de mappemonde et qui a rasé sa moustache pour faire plus jeune. Il traîne un rêve, notre rêve à tous : celui du voyage, de l’errance joyeuse, de l’aventure qui finit bien. Ce type, vous l’avez reconnu, c’est le routard des temps modernes, le bourlingueur professionnel. Carnet en main, l’oeil aux aguets, il rôde à travers le monde et, parce que ce type est chouette, il vous file tous ses bons plans. […] 
J’ai été comme vous : je voulais être lui, l’auteur de guides de voyage. Traverser tous les continents aux frais de la princesse, le teint hâlé, le passeport tamponné, la veste multipoches remplie de grigris africains. Moi aussi je voulais lécher mon assiette dans des gargotes pittoresques et coucher dans des palaces au Rajasthan. Tâter du dromadaire en méharée et suivre la route des vins d’Alsace. Kerouac à la petite semaine, j’aspirais à l’aventure, à condition d’avoir la clim’ dans la voiture et un minibar dans la chambre. Je ne disais pas non à l’idée d’avoir mon nom sur la couverture du guide, et pourquoi pas ma photo. […] 
Mais laissez-moi d’abord vous mettre en garde. Ce que vous allez lire risque de bouleverser à jamais votre perception des guides de voyage. En refermant cet ouvrage, votre collection de Routard et de Lonely Planet, preuves de votre insatiable désir d’aventures, finira peut-être à la poubelle. 
Vous allez découvrir, chers camarades, que l’on vous roule un peu dans la farine. Non, écrire un guide de voyage, ce n’est pas dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité.
C’est parler d’hôtels dans lesquels on n’a pas dormi et de restaurants dans lesquels on n’a pas mangé. De musées qu’on a visités au pas de course et de vieilles villes dans lesquelles on s’est lamentablement perdu. De pays qu’on n’aime pas et d’autochtones qui vous regardent de travers. De lieux et d’êtres qu’on ne comprend pas. 
Voilà de quoi ce livre est fait : de mauvaise foi et d’erreurs de jugement, de digressions sentimentales et de bourdes géographiques, de fautes historiques et de fautes d’orthographe. De cartes illisibles, de renseignements erronés, de méprises catastrophiques. Bref, du quotidien d’un auteur de guides de voyage, ce type dont tout le monde envie l’existence sans savoir ce qu’elle implique de peines et de tracas, de sang, de larmes et de sueur. 
Ce livre veut remettre les choses à leur place. À côté de la plaque. » Vincent Noyoux

Son père le retire de ce lycée en 1894, et l’envoie à Lyon suivre les cours de dessin industriel de la Société d’enseignement professionnel du Rhône, il suit aussi les cours de peinture et d’arts décoratifs, toujours à Lyon. 1896, il doit rentrer à Colmar. Après son séjour à Lyon, il retourne en Alsace où il devient célèbre comme dessinateur de cartes postales, dont certaines sont distribuées par l’Association des hôteliers et restaurateurs des Hautes-Vosges. Il est bien connu pour sa grande taille, sa lavallière et son chapeau de feutre, signes distinctifs des artistes à cette époque. Grâce à ce succès, Jean-Jacques Waltz peut imprimer en 1907 un recueil d’aquarelles intitulé Tours et Portes d’Alsace. Ce livre qui n’est pas vraiment engagé est néanmoins préfacé par Joseph Fleurent, avocat colmarien qui défend la seule culture française pour les Alsaciens.

En 1908, parait chez Bader le livre Der Professor Knatschke qui avait auparavant été publié sous la forme de feuilleton dans le journal de Mulhouse l’Express. Bien que Hansi ne s’implique pas dans la politique, il se trouve mêlé à l’affaire Gneisse. Hansi publie une caricature de Gneisse qui porte plainte et Hansi est condamné à cinq cents marks d’amende et l’éditeur du journal l’abbé Wetterlé à deux mois de prison. Dans son numéro de Noël 1911, la revue L’Illustration publie des aquarelles de Hansi présentées par Maurice Barrès. Dans le livre, Professor Knatschke, Hansi avait identifié le ridicule professeur avec son ancien proviseur du Gymnasium de Colmar, nommé Gustav Gneisse.