Vie de Saint Hugues: ABBE de Cluny, 1024-1109 PDF

L’abbaye Saint-Pierre et Saint-Vie de Saint Hugues: ABBE de Cluny, 1024-1109 PDF de Cluny. L’Église fut prise dans le système féodal et dans l’affrontement entre les abbés et les évêques au sujet des dîmes.


This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, strange characters and confusing formatting) and does not adequately preserve the historical character of the original artifact. We believe this work is culturally important in its original archival form. While we strive to adequately clean and digitally enhance the original work, there are occasionally instances where imperfections such as blurred or missing pages, poor pictures or errant marks may have been introduced due to either the quality of the original work or the scanning process itself. Despite these occasional imperfections, we have brought it back into print as part of our ongoing global book preservation commitment, providing customers with access to the best possible historical reprints. We appreciate your understanding of these occasional imperfections, and sincerely hope you enjoy seeing the book in a format as close as possible to that intended by the original publisher.

Benoît d’Aniane tenta de la diffuser dans tous les monastères de l’Empire carolingien. Mais le travail manuel fut délaissé au profit de la prière. Les laïcs nommèrent des abbés qui leur furent fidèles et contrôlèrent par là même les domaines fonciers des établissements réguliers. Le comte octroya une villa située près de Mâcon à Bernon, abbé de Baume-les-Messieurs et de plusieurs monastères dans la région. L’abbaye fut reconnue comme chef d’ordre par le pape Jean XI, sous l’abbatiat d’Odon en 931. Guillaume renonça à tous ses droits sur Cluny et permit à l’abbé d’être choisi par les moines.

Je fais ce don stipulant qu’un monastère régulier devra être construit à Cluny , dont les moines vivront en communauté selon la règle du bienheureux Benoît. Que soit ainsi établi en cet endroit un asile de prières où s’accompliront fidèlement les vœux et les oraisons. Que soit ainsi recherché et poursuivi, avec une volonté profonde et une ardeur totale, le dialogue avec le ciel. L’abbaye de Cluny fut construite en plusieurs étapes, numérotées par K. L’abbé Bernon, premier abbé de Cluny, commença la construction de l’abbatiale Cluny I en 910.

Aujourd’hui, il ne reste plus rien de Cluny I, qui fut détruite pour laisser place aux édifices de l’abbaye de Cluny II. Le développement du chevet témoigne de l’essor de la liturgie et des pèlerinages. La construction de Cluny III débuta vers 1080 sous l’abbatiat de Hugues de Semur. Vie de saint Hugues par Geilon vers 1115. En 1088 eut lieu la pose symbolique d’une première pierre. En 1095, le pape Urbain II consacra deux pierres d’autel et trois chapelles au milieu du chantier. 1220 par l’abbé Rolland Ier de Hainaut, de style gothique.

Le plan de l’édifice est en forme de croix archiépiscopale : il y a deux transepts. Le grand transept, dont un bras subsiste aux trois quarts, était long à lui seul comme une petite cathédrale. Il était surmonté de trois clochers : le  clocher de l’Eau bénite  surplombe toujours le bras sud, le  clocher des Bisans  surplombait le bras nord, et enfin le  clocher du Chœur , le plus imposant de tout l’édifice, couronnait la croisée centrale. Article détaillé : Liste des abbés de Cluny. Odon met en place la bibliothèque et l’école. Pendant les quarante années d’abbatiat de saint Mayeul, ses liens avec le Saint-Empire favorisent l’extension de l’Ecclesia cluniacensis vers l’est.

Cluny devient un seigneur et obtient un privilège d’exemption octroyé par le pape Grégoire V en 998. Le 6 mars 1058, le pape Étienne IX confirme le privilège monétaire de Cluny. Angleterre jusqu’à l’Espagne, en passant par l’Italie et le Saint-Empire romain germanique. Le 25 octobre 1095 fut solennellement proclamé le ban sacré de l’abbaye de Cluny, par le pape Urbain II. Le succès de Cluny, qui essaima dans toute la chrétienté latine, était dû à son émancipation du pouvoir seigneurial et épiscopal, mais aussi à l’action de ses abbés, qui connurent une longévité exceptionnelle. Sa situation géographique, à la charnière entre Europe du Nord et du Sud, entre royaume de France et Empire, était également favorable.

L’abbaye s’enrichit rapidement grâce aux dons des fidèles. Les autres revenus de l’abbaye proviennent des droits seigneuriaux et banaux qu’elle prélève et des sommes versées par les prieurés de son réseau. C’est à Cluny que Raoul Glaber rédige la plus grande partie de ses Histoires à partir de 1031. Les abbés sont aussi des auteurs. Odon de Cluny produit une Vie de Géraud d’Aurillac.